E-commerce au Maroc – statistiques 2021

Le nombre de Marocains connectés continue de croître (avec un taux de croissance annuel moyen de 2,8%). En 2019, 65% des Marocains naviguaient sur internet, 31% utilisant un ordinateur ou une tablette et 76% munis d’un smartphone. De plus, les internautes marocains gagnent en confiance envers les sites de commerce électronique et hésitent de moins en moins à acheter et payer en ligne avec leurs cartes bancaires.

Chiffres-clés du e-commerce au Maroc en 2021

6 millions, c’est le nombre de transactions en ligne effectuées par cartes bancaires (marocaines et étrangères) sur les sites commerciaux intégrés au CMI. Le montant total a atteint 2,9 milliards de dirhams au cours du premier semestre 2020.

Concernant les cartes marocaines, 5,8 millions d’opérations ont été enregistrées au cours du premier semestre 2020, pour un chiffre de 2,7 milliards de dirhams. En ce qui concerne les cartes étrangères, 260 000 transactions, soit 180 millions de dirhams, ont été exécutées au cours de la même période.

L’activité est donc toujours fortement dominée par les cartes marocaines, atteignant 95,7% du nombre de transactions avec 93,7% du montant total (selon le dernier rapport du CMI).

Il est à noter que depuis l’émergence du commerce électronique au Maroc, la majorité des transactions s’effectuent en dehors du cercle bancaire. Ces e-commerçants utilisent des canaux numériques (comme une page Facebook, Instagram ou d’autres sites) et n’offrent que de l’argent liquide comme moyen de paiement. Cependant, les montants qui en résultent sont loin d’être négligeables.

Des chiffres qui disent long sur les consommateurs en ligne

Selon une étude, 60% des internautes déclarent avoir effectivement acheté des produits / services ou effectué des paiements en ligne. La plupart de ces paiements ont été effectués en dirhams marocains (62% des internautes achètent en MAD contre 6% en devises uniquement et 32% en dirhams et devises).

A la tête du classement, on trouve principalement les factures d’électricité, de téléphone, d’Internet, etc. 67% des internautes paient leurs factures en ligne. Mais peut-on vraiment parler de commerce électronique pour payer les factures?

Quand nous creusons un peu plus, 37% des consommateurs électroniques achètent des produits liés à la mode, tels que des vêtements ou des chaussures, ce qui en fait la catégorie numéro un sur la plateforme. Si nous regardons les jeunes entre 18 et 24 ans, plus de 50% achètent des produits de mode en ligne.

Derrière cela, 27% des consommateurs en ligne paient leurs réservations d’hôtel et leurs frais, billets de train ou d’avion en ligne. Ensuite, 24% d’entre eux achètent des repas en livraisons avec JUMIA FOOD ou GLOVO. Enfin, la dernière catégorie intéressante concerne les services de streaming, tels que Netflix, Icflix, Spotify et même Youtube, qui sont tous étrangers et prennent la forme d’abonnements récurrents.

Si nous nous concentrons sur les e-consommateurs marocains, nous voyons que la deuxième catégorie la plus mentionnée est liée à la beauté, l’hygiène et la santé.

Obstacles aux achats en ligne en général

Quant aux raisons qui empêchent les internautes marocains de faire des achats en ligne, notre étude a montré que la raison principale est un manque d’intérêt pour les achats en ligne et / ou un manque d’expérience. Ces personnes représentent 32% des internautes qui n’achètent pas en ligne. La raison suivante concerne les produits qui ne répondent pas aux besoins des consommateurs (18%), outre l’insuffisance des moyens de paiement fournis. (17%)

Ces raisons sont les obstacles les plus importants à l’achat.

Les autres freins non mentionnés incluent: des prix trop élevés (10%) et des problèmes de livraison (9%). Enfin, spontanément, de nombreux répondants ont également signalé des escroqueries, des problèmes de sécurité et une méfiance générale (7%). Sans surprise, pour ceux ayant déjà une expérience d’achat en ligne au Maroc, l’inadéquation des produits reçus par rapport à ceux commandés est également apparue automatiquement (2%).

En faisant un zoom sur les personnes âgées de 18 à 24 ans, nous constatons que les problèmes de livraison viennent juste après l’inattention. Toujours dans les tranches d’âge, 27% des personnes âgées de 45 à 54 ans indiquent des moyens de paiement insuffisants. Enfin, pour 9% des personnes âgées de 25 à 34 ans, la différence entre le produit acheté et le produit reçu est un réel obstacle au renouvellement de l’expérience d’achat en ligne.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.